Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/07/2013

L'hippocampe a trouvé son refuge : l'étang de Thau

hippocampe, thau, bouzigues, sinaué, mèze, sèteL’étang de Thau abrite une zostère particulièrement riche en comparaison au désert des côtes sableuses de sa voisine et grande sœur : la Méditerranée.  Blottie dans ses herbiers et ses enrochements, une faune riche et variée s’est développée. Parmi ces habitants, on trouve une des plus fortes concentrations d’hippocampes d’Europe. Deux espèces sont identifiées dans les eaux de Thau : l’hippocampe a museau court  et le moucheté. Ce poisson à tête de cheval qui mesure de 10 à 16 cm, peut se rencontrer tant dans les parcs à huîtres que dans les algues présentes à faible profondeur. L’hippocampe ne se déplace pas très vite c’est ce qui le rend vulnérable aux éventuels collectionneurs de souvenirs qui oublient qu’il est protégé ! Néanmoins, au cours d’une seule journée,  il peut parcourir jusqu’à 4 kilomètres.

 

 Au début de l’été, lorsque les mâles ont accouché,  l’étang de Thau se transforme en nurserie où les petits hippocampes tentent de grandir… pendant leur croissance, ils sont la proie des seiches, des anémones et des poissons carnassiers. On estime sa durée de vie à 4 ans 

12/07/2013

Cradle to Cradle...Une approche moderne de l'écologie !

cradle to cradle, c2c, du berceau au berceau, environnementDepuis le développement de la vie sur notre planète et ce jusqu’à très récemment, la notion de déchet n’existait pas. La nature avait établi un processus au cours duquel tout ce qui  était produit était naturellement réutilisé sous forme de nutriments ou de métabolismes. Ce système biologique cyclique a permis à la Terre d’être florissante et abondante mais le développement de l’activité humaine est venu perturber cet équilibre. Quoi qu’il en soit, c’est dans la nature des êtres (végétal ou animal)  de consommer, se développer, procréer, occuper de l’espace… L’homme en industrialisant son activité a donc déstabilisé un système qui était en régénération perpétuelle. L’écologie militante des années 70 et 80 a permis de mettre un focus particulier sur cette problématique et certains militent même pour la mise en place d’un modèle basé sur la décroissance.

En intégrant la notion de croissance et loin des clichés d’une écologie triste, William Mcdonough (Architecte) et Michael Braungart (Chimiste) ont réfléchi pour leur part à l’élaboration  d’un modèle qui permette de « redéfinir la manière dont nous fabriquons les choses ». Dans “Cradle to Cradle” (du berceau au berceau), ils nous livrent donc à partir de constats et de mises en pratiques, le fruit de leurs recherches sur les bénéfices (environnementaux et financiers) qu’apporterait une économie basée sur la production de produits et de nutriments dont on aurait préalablement réfléchi aux cycles de vies. Pour sortir de la spirale destructrice qui mène un produit du « berceau au tombeau », ils proposent de changer de modes productions en intégrant en amont les besoins en énergie et en matière première afin que le processus devienne éco responsable, durable, totalement recyclable… in fine en aval qu’ils soient réutilisables à l’infini.

“Cradle to Cradle” (C2C) est une invitation à nous guérir du syndrome  de  l‘ile de Pâque de manière inventive, moderne et bénéfique. Un mode de production en symbiose avec notre environnement est donc possible … A lire et faire lire.

 

Proverbe indien : nous n’héritons pas de la terre de nos parents mais l’empruntons à nos enfants.

10/07/2013

Dans la garrigues de Thau, Cambelliès réhabilité...

environnement, thauCambelliès pourrait être un coin de garrigues vraiment sympa, avec son lac où oiseaux, sandres et brochets cohabitent. Mais la périphérie du lac est polluée par des tonnes de gravats déposés sur ce site pendant plusieurs années. Le sujet a été pris en charge par nos élus pour dépolluer le site.... En 2008, la montagne de déchets devait disparaître... En 2011, la promesse avait été faite que le site de Cambelliès serait réhabilité... En 2012, le Midi Libre titrait : " Cambelliès : les jours de la décharge sont comptés" ... En 2013, le journal de la CCNBT nous annonce que les travaux vont débutés cette année... Les meilleures choses ont besoin de patience... Le budget serait donc bouclé : 893 900 € HT cofinancé par le Conseil Général de l’Hérault et l'ADEME ...A suivre...